Fiche technique

titre du film
durée du film
genre
    Le Château de ma Mère
9 minutes / couleur
documentaire

Réalisation d'un documentaire de 9 minutes sous la forme d'un témoignage à ma mère. Ce travail personnel a été rendu possible grâce à un gros travail de recherche et de transferts des archives de mon grand-père, Claude Villemin.
Lettre ouverte à mon grand-père maternel

Cher Claude,

Merci. Merci pour cet héritage cinématographique fabuleux que tu nous a laissé au fond de quelques caisses. Bon il a fallu bosser pour tout reconstituer, recoller et classer. Là-dessus, tes filles Anne et Françoise ont vraiment été au top : les lieux, les années et les personnes… Tu ne peux pas savoir. Elles en ont écrit l’équivalent d’un bottin de téléphone. Et voilà qu’un soir d’automne 2006, après deux années de labeur et de répétitions, dans la salle communale de Saulxures, alors que la télévision projetait un match de première division, ils sont tous venus. Tu aurais dû voir, on a même dû rajouter des chaises. Salle comble, ils étaient des centaines, sans compter tes enfants et tous ces gens qui t’ont connu. Quel plaisir ils ont eu en revivant tes images enfin reconstituées. Des entraînements des pompiers en passant par les défilés militaires et les sorties d’usines, quelle émotion… Ah j’oubliais de te dire, c’est la Cécile qui t’accompagnait en direct au piano… Tu te souviens, tu jouais des quatre mains avec elle en lui envoyant la fumée de ta cigarette dans les yeux… Rires de la salle, je te jure. Elle avait tellement d’émotion en vivant cet événement qu’elle en a presque raté le départ. Mais quel travail, quel talent. On a tous pensé à toi, c’était très fort.
Un petit détail, je me suis permis d’enregistrer la prestation de Cécile et de faire un petit montage de 90 minutes avec quelques images des 30 années de filmages que tu as réalisées à Saulxures, tu verras c’est pas mal. Pour faire plaisir aux gens, avec Cécile, on y a adjoint un film sur le jumelage et un autre sur ce joli groupe artistique Saulxuron. Une fois de plus, le talent de Cécile est à la hauteur de l’émotion de cet héritage fabuleux. Un autre petit détail, j’ai dû concentrer les images des familles Villemin et Vandamme… sept heures, c’était trop ; alors j’ai ramené cela à une forme plus actuelle de 90 minutes et, comme ton cher cinéma muet n’a plus la cote, j’y ai ajouté de la musique, mais pas n’importe laquelle… Celle que tu écoutais au château pour te détendre et surtout pour nous amuser. Ton petit-fils Luc a réalisé là un travail d’orfèvre où rien ne manque. J’espère qu’aucune mauvaise langue ne viendra attaquer certains choix ou assemblages qui ne seraient que pur hasard.
Je peux te faire une confidence ? (pardon, je te tutoie…) Ce que j’ai aimé dans tes images, et je suis bien placé pour en parler car j’ai été aux écoles pour…, c’est que dans chaque image, dans chaque plan, on ressent ton plaisir de tourner la manivelle, ton envie éternelle de partager cette magie féerique qu’est le cinéma.
Ah oui, j’oubliais de te parler d’un léger détail, j’ai fait un petit montage avec le titre plagié du Château de ma Mère. Je n’ai pas trouvé mieux comme titre pour résumer ce film qui, à lui tout seul, résume ma démarche dans ce travail de mémoire en retraçant toute une vie, d’une enfant qui déambule dans son parc, à cette femme aux cheveux blancs qui est ta fille et que j’appelle maman. 80 ans entre ces images, que c’est beau.
Je n’ai qu’un seul léger reproche à formuler : de ces quelques dix heures de visionnage, je n’ai pas trouvé un seul plan montrant le château dans son ensemble. Pas un seul. Il est vrai que pour moi un plan large permet de situer l’action dans un lieu, mais pour toi ceci ne comptait pas, seule la vie méritait d’être inscrite sur une image animée. Les murs ne méritent qu’une image à leur image : fixe, comme la photographie. Finalement je crois que tu as raison.
Quoi qu’il en soit, cher Claude, merci pour ce fabuleux héritage et, crois-moi, nous en prenons soin. Quant à moi, je suis sûr que le jour où nous nous retrouverons, on s’organisera une petite projection … Je te parlerai alors d’un petit projet auquel j’ai pensé…

Merci à toi, l’Artiste.

Yves Pouliquen (Villemin), le 24 décembre 2006





© 2008 - Les Films du Guerzit
LE CHATEAU
DE MA MERE